Voyage en Bolivie : les 8 incontournables

La Bolivie est un pays à part en Amérique du sud. Moins visité que ses voisins, le Pérou, l’Argentine ou le Brésil, il offre une authenticité unique. Si ses régions andines sont les plus visitées, l’Amazonie couvre les deux tiers de sa superficie, lui offrant une diversité impressionnante. Voici  une sélection des 8 sites à ne pas manquer.

.

1. La Paz

Si vous atterrissez à La Paz, sachez que vous posez les pieds dans l’aéroport international le plus haut du monde ! La plus haute capitale du monde vous garantit un dépaysement immédiat. Au pied de l’imposant mont Illimani enneigé et ses 6400m, La Paz est un chaos urbanistique situé dans une immense cuvette à 3600m. Mélange de traditions andines et de modernité, les cholas, ces femmes vêtues de leurs habits traditionnels, cohabitent avec de jeunes citadins pressés. Je vous invite aussi à prendre de la hauteur pour admirer le contraste saisissant entre la montagne et la ville, grâce au Mirador Kili Kili. Il vous sera possible de prendre un téléphérique pour profiter d’une vue à 360° sur la ville. Non loin de là, la Cordillère Royale offre aux amateurs de randonnée de beaux spots de balade en altitude. Vous pourrez également vous essayez à la  route de la mort à descendre en V.T.T.

Téléphérique de La Paz et vue imprenable sur le Mont Illimani, qui culmine à 6400m d’altitude

Ne manquez surtout pas le marché aux sorcières (Mercado de las Brujas) qui vous laissera sans voix devant ses dizaines de tiendas vendant toute sorte de remèdes miracles et offrandes destinées à la Pachamama, la déesse de la Terre. Vous apprendrez qu’en Bolivie, il est coutume d’enterrer dans les fondations de sa maison des foetus de lama afin que la Terre-Mère protège l’édifice.

Foetus de lama séchés destinés à la Pachamama, déesse de la Terre au Mercado de las brujas

.

2. Lac Titicaca

Que celui qui n’a jamais entendu ce nom lève la main ! Le plus haut lac navigable du monde est un joyau. Naturel, tout d’abord, avec ses paysages où se mêlent ambiances lacustres et andines. Historique, ensuite, avec des sites archéologiques comme l’île du Soleil ou, plus éloigné, le site de Tiwanaku. Culturel, enfin, avec des villages aymaras qui n’ont rien perdu de leurs traditions dès lors que le voyageur sort un peu des sentiers battus. Envie d’une astuce pour un tour privé sur le Lac Titicaca ? C’est par ici.

Les eaux transparentes du lac Titicaca vues depuis de l’Isla del Sol

.

3. Sucre

L’une des plus belles villes coloniales du continent est une étape quasi incontournable. La Ciudad Bianca (« Ville Blanche ») mérite vraiment son nom ! Cette cité immaculée offre un patrimoine unique et une douceur de vivre inégalée dans le pays. Flânez dans ses ruelles et découvrez l’histoire de Sucre, fondée en 1539 et aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Tous les édifices, y compris religieux, abordent la même couleur et créent ainsi une unité dans le paysage urbain. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès des agences pour réaliser un trek de plusieurs jours dans le cratère de Maragua, une singularité géologique situé à l’ouest de Sucre.

Sucre, capitale constitutionnelle de la Bolivie – Crédit photo @Flickr J. Mealing

.

4. Potosi

Après cette pause agréable, vous poursuivez votre circuit historique, cette fois dans un contexte plus difficile. Potosi est également un témoignage : celui de la grandeur et de la décadence de la conquista espagnole sur le continent. Au XVIe siècle, les conquistadors découvrent les plus grandes mines d’argent jamais trouvées : c’est le début d’une époque d’extraction massive du minerai vers l’Espagne. Potosi est fondée au pied du Cerro Rico ; elle comptera jusqu’à 200 000 habitants. Nommée ville impériale, elle est au XVIIe siècle plus riche que Madrid ou Londres et fait la fortune de la couronne espagnole. Inscrit au patrimoine mondial, le site est encore en activité et se visite, donnant à voir les conditions particulièrement difficiles des mineurs.

Potosi – Crédit photo @Flickr M. McAllen

.

5. Lipez : la route des joyaux et le Salar d’Uyuni

Cette région est sans nul doute l’une des plus belles des Andes. Le Lipez abrite la route des joyaux, qui permet d’accéder à de splendides lagunes multicolores dans les déserts de Dali et de Siloli. La région de Lipez est à la Bolivie ce que le Machu Picchu est au Pérou. Elle amène avec elle ses images d’étendues désertiques à côté desquelles contrastent les lagunes colorées. Située à l’extrême sud ouest du pays, la région de Lipez déborde de paysages tous plus surprenants les uns que les autres, et qui sont parmi les plus incroyables au monde.

Laguna Colorada, l’un des lagons colorés situés dans la région du sud Lipez

.

6. Salar d’Uyuni

Entrez sur ce désert de sel, perdez-vous et coupez le moteur : vous êtes au milieu d’un océan minéral et immaculé. Une expérience particulièrement puissante. Ne manquez pas de sortir des chemins classiques en découvrant les petits villages qui jalonnent la bordure nord du Salar, au pied du volcan Tunupa. Pour vous y rendre, pas d’autre choix que de se faire accompagner par un guide qui connaît la région. De nombreux treks, sur plusieurs jours (le plus souvent proposant la visite simultanée de la région de Lipez et du Salar), vous permettront de vous perdre au milieu de ces étendues sans fins. Ce sera donc une aventure de quelques jours, durant lesquels vous foulerez des plateaux avoisinant les 5000m. Un spectacle splendide et surprenant ! À savoir : il est aussi possible d’étendre l’enchantement en prenant des tours combinés entre la Bolivie et ses pays frontaliers : l’Argentine et le Chili. Il est ainsi possible de rejoindre la région de San Pedro de Atacama, avec une superbe traversée des Andes (récit de mon expérience ici), ou encore rejoindre la province argentine de Salta.

Notre 4×4 perdu au milieu du Salar

 .

7. L’Amazonie

Les paysages de l’Altiplano, ces hauts plateaux d’altitude, forment la carte postale de la Bolivie. Néanmoins, le pays est dans sa grande majorité couvert par l’Amazonie. Deux parcs sont particulièrement riches en faune et en flore et restent relativement accessibles. Le parc Madidi, au nord dans le département du Béni, couvre une superficie de presque 2 millions d’hectares. Il fait partie d’une zone à cheval entre le Pérou et la Bolivie, considérée comme l’une des régions au taux de biodiversité le plus élevé de la planète, avec des milliers d’espèces endémiques. Le parc Amboro se trouve quant à lui au sud, près de la ville de Santa Cruz. Situé entre les Andes et les grandes plaines de l’est, il abrite pas moins de sept écosystèmes différents.

Amazonie bolivienne – Crédit photo @Flickr Gatol

8. Envie de sortir des sentiers battus ? Cochabamba !

Cette région, moins connue, mérite pourtant le détour. D’une part, la ville de Cochabamba est très agréable, à l’image de celle de Sucre. Ensuite, non loin de là se trouvent les marchés particulièrement dépaysants et authentiques de Cliza et Punata. Enfin, à quelques heures de route vous pouvez découvrir un vrai coup de cœur : le parc national de Torotoro. Au menu : paysages splendides qui rappellent la Toscane, montagnes aux grottes méconnues et vestiges paléontologiques inestimables… empreintes de dinosaures sont ainsi gravées dans la pierre couleur ocre depuis l’époque du crétacé, soit vieilles de plus de 65 millions d’année.

.

Article écrit en collaboration avec l’agence de Bolivia Excepción, une agence de voyage installée à Buenos Aires depuis 10 ans. Spécialiste du séjour individuel et sur mesure, elle propose des circuits inédits en Argentine, au Chili, au Pérou et en Bolivie, avec ses agences locales de Santiago et Lima.

Laisser un commentaire