Triple frontière entre Brésil, Argentine, Paraguay

La Triple Frontera (en portugais : Triplice Fronteira), est la frontière géographique naturelle qui sépare le Brésil, l’Argentine et le Paraguay. Un sentiment un peu spécial qui émane de ce carrefour géographique unique, délimité par le croisement naturel de deux fleuves : la rivière Iguazù et le fleuve Parana. 

.

Triple frontière : 3 pays, 3 villes, 3 cultures, 3 modes de vie

J’ai posé mes valises dans la ville de Foz do Iguaçu, au Brésil, qui fait partie de l’une des trois villes frontières qui forment cette région située à la fois sur le Brésil, l’Argentine et le Paraguay. Les populations environnantes sont concentrées dans les trois villes adjacentes aux frontières :

  • Foz do Iguaçu (côté brésilien)
  • Puerto Iguazu (coté argentin)
  • Ciudad del Este (côté paraguayen)
Triple frontière carte brésil argentine paraguay
Une carte pour vous permettre d’y voir plus clair avec le Rio Paranà, qui sépare le Paraguay (à droite), du Brésil (à gauche) et le fleuve Rio Iguaçu qui marque la limite entre le Brésil (en haut) et l’Argentine (en bas). On y distingue également les fameuses Cataratas del Iguazù (les chutes) et le parc national du même nom.

A la convergence des trois frontières, chaque pays a érigé un obélisque aux couleurs de son pays, une forme de fierté assumée que de se situer à un carrefour entre trois pays, trois cultures et trois modes de vie bien distincts. Chaque obélisque est visible des deux autres pays.

 

.

La triple frontière,
un exemple de réussite en matière
de cogestion des ressources naturelles

Triple frontière

La frontière, cette ligne invisible, délimite l’appartenance des lieux à tel pays plutôt qu’à tel autre (je vous invite à lire cet article de Libération, datant d’août 2015). Elle marque ainsi la limite de l’effet des lois et peut parfois devenir une zone de non-droits (exemple avec le Triangle d’Or en Asie entre Laos, Birmanie et Thaïlande).

Les frontières naturelles ont souvent servies à établir des tracés simples, mais la découverte ultérieure de certaines ressources a par la suite remis en cause certaines frontières. Ainsi, la découverte de la richesse et du potentiel du sous-sol minier de l’Atacama a par exemple été le point de départ de son peuplement et surtout du conflit qui opposa le Chili à la Bolivie et au Pérou durant la Guerre du Pacifique entre 1879 et 1883.

L’eau, qui entre aujourd’hui dans les ressources stratégiques convoitées, aurait pu être un point de désaccord entre les trois pays de la Triple Frontière, mais cette dernière est à l’inverse aujourd’hui exemplaire pour la cogestion de cette ressource.

Tout d’abord, un exemple de réussite avec le barrage Itaipu (qui signifie « la pierre qui chante » en langage guarani*). Ce barrage est le deuxième plus grand barrage hydroélectrique au monde. Il fournit environ 20% de l’énergie totale consommée au Brésil et la totalité de l’énergie utilisée au Paraguay. C’est une construction gigantesque et imposante. C’est aussi l’entreprise la plus puissante du Paraguay et une des plus influentes du Brésil. Il a été construit à cheval sur ces deux pays et est une source de fierté et de prestige pour les trois frontières. Sa construction a été source de controverses autant sociales qu’écologiques. Plus de 40 000 personnes ont été déplacées du fait de la déviation du fleuve Parana, 148 personnes sont mortes sur le chantier et la cascade des Sept Chutes, une des plus puissantes du monde, a disparu.

La région des trois frontières est également située au-dessus de la troisième plus importante ressource d’eau potable au monde : l’Acquiferro Guaraní. Formé il y a 200 millions d’années, l’Aquifère Guarani est l’une des réserves d’eau souterraine les plus pures et préservées de la planète. En 2012, on retient les chiffres de 55 000 km3 et 55 000 milliards de tonnes d’eau potable et pure. De quoi recouvrir la totalité du territoire français d’une couche d’eau douce, épaisse de 100 mètres ! Située entre les bassins des fleuves Paraná, Uruguay et Paraguay, l’Aquifère Guarani couvre une superficie d’environ 1 194 000 km2. Il est divisé entre le Brésil (pour 70%), l’Argentine (pour 19%), le Paraguay (6%) et l’Uruguay (5%). On ignore aujourd’hui son étendue exacte ; les spécialistes n’étant pas encore parvenus à localiser l’extrémité occidentale de la réserve au Paraguay et en Argentine, où l’on pense qu’il s’étire au-delà de la lagune de Mar Chiquita. De même, selon les estimations, l’Aquifère Guarani pourrait s’étendre, au sud, jusqu’aux grands lacs de la cordillère argentine. Les différents pays utilisent cette ressource d’eau potable pour embouteiller leurs eaux minérales, un exemple supplémentaire de cogestion réussie.

Enfin, les fameuses et magnifiques Chutes d’Iguazù, ces chutes magnifiques et impressionnantes qui s’étendent sur la forêt tropicale, à cheval entre l’Argentine et le Brésil. Elles sont la preuve même d’une entente entre ces deux géants du continent sud-américain. En guarani* « Iguazù » signifie « grandes eaux ».

*le guarani étant le dialecte local natif de cette région d’Amérique Latine

 

Pour plus d’informations sur la culture, la gastronomie locale de cette zone, je vous invite à lire cet article !

2 Commentaires

  1. Salut Elise, juste un petit coucou à la grande voyageuse, profite bien de ton séjour et félicitations pour ton blog !
    A bientôt,
    Dany Lutz

    1. Merci Dany :)
      Au plaisir de te raconter tout ça de vive-voix
      A bientôt !
      Elise

Laisser un commentaire