Canyon de Colca : deux jours dans le plus profond canyon au Monde

Le Canyon de Colca se situe à 180 km au nord de la ville d’Arequipa, au Pérou. Profond de 3400 mètres, ce canyon est considéré comme le plus profond du monde… enfin presque. Il est dépassé de quelques mètres par son voisin, le canyon de Catahuasi (3 535 mètres). A titre de comparaison, le Canyon de Colca est environ deux fois plus profond que le Grand Canyon du Colorado, et surtout, il nous permet d’admirer, à certaines heures, le vol majestueux des condors, l’oiseau sacré des Andes. Le décor est tellement fabuleux qu’on en oublierait le vertige et les quelques moments (très) difficiles engendrés par trek…

 

Quelques points de répères :

  • Possibilité de faire un trek sur une journée (au pas de course), en 2 ou 3 jours 
  • Ne pas passer à côté du Cruz del Condor, un mirador naturel duquel on peut observer les condors en plein vol, profitant des courants ascendants pour planer juste au dessus nos têtes
  • Le village de Sangalle, au fond du canyon, sert de refuge aux trekkeurs. Il est surnommé l’oasis, car quelques lodges y ont été aménagés, pour permettre aux randonneurs de se reposer avant la remontée de 3 à 4h de marche intense du lendemain. Des piscines d’eau naturelle y ont été aménagés. Pas de réseau routier pour y accéder

.

Avertissement

Les randonnées dans le canyon ne sont pas de simples promenades de santé dans un décor merveilleux. Elles nécessitent de très bonnes conditions physiques et un minimum d’entraînement. C’est pour cette raison que je conseillerai cette possibilité aux baroudeurs moyens. Je déconseillerai pas ailleurs ce trek aux voyageurs qui viennent de débarquer au Pérou : laissez-vous en effet quelques jours (3 ou 4 minimum) pour vous acclimater à l’altitude. Sachez néanmoins que si certains trekkeurs pensent être en mesure de réaliser la randonnée sans souci, nombreux sont ceux qui, épuisés le lendemain matin,  font appel à un arriero (muletier) pour louer les services de leurs mules (solution qui reste néanmoins quelque peu dangereuse selon moi, quand on sait que l’on côtoie des ravins vertigineux dont les rebords ne sont pas toujours très stables). Enfin, sachez que le plus gros dénivelé est de 1500 mètres sur 6km, et a lieu le dernier jour, lors de la remontée. Le premier jour, comptez environ 6h de marche, entièrement en descente.

.

Les parcours classiques

Les randonnées de 2 ou 3 jours sont des boucles qui peuvent se réaliser dans un sens comme dans l’autre. Toutes les agences d’Arequipa vous proposeront ces circuits, mais sachez qu’il est également possible de partir à la découverte du canyon par vos propres moyens. En haute saison, notamment, explorer le canyon de façon autonome est aisé : le plus souvent, il vous suffira de suivre les sentiers (indiqués, mais pas toujours) ou de suivre de loin un groupe encadré par un guide. Je vous conseille d’éviter les circuits d’une seule journée, qui se feront au pas de course et qui ne vous laisseront pas suffisamment de temps pour profiter du paysage.

Les circuits sont globalement réalisés sur le même schéma : on quitte la ville d’Arequipa très tôt (ou très tard, c’est selon), aux alentours de 3h du matin. Un premier arrêt au Mirador de Cruz del Condor pour y admirer le vol de ces oiseaux majestueux. Puis arrivée à Cabanaconde vers 9-10h. La descente du canyon commence dès lors. Plus tôt vous y arrivez, mieux c’est. Vers midi, le soleil tape vraiment fort en plein milieu du canyon. Descente d’environ 20km sur la première journée. Arrêt à l’oasis de Sangalle. Pour le circuit de 2 jours, on remonte le lendemain.

Alors, 2 ou 3 jours ?

Nous avons opté pour un circuit de 2 jours. Même si ce circuit est faisable, je vous conseillerai sans hésiter d’opter pour un trek de 3 jours. En effet, sur 2 jours, le rythme est extrêmement soutenu, ne vous laissant que peu de temps pour vous reposer, et cela, au détriment de prendre le temps d’apprécier réellement les paysages. D’autant plus qu’avec les circuits de 3 jours, vous aurez davantage de possibilités pour découvrir le canyon et de sortir un peu des circuits touristiques : il vous sera par exemple possible de passer la nuit chez l’habitant et dans des villages plus authentiques, situés sur le versant nord : les plus sympas sont Tapay et Fure.

Prix : nous avons payé 110 soles par personne, comprenant le guide, le transport A/R, la nuit dans l’oasis, la nourriture (petit déjeuner le matin du départ, déjeuner et dîner). Nous avons négocié le rajout d’une bouteille 1,5L d’eau par personne, qui n’était initialement pas prévu.

.

Sortir des sentiers battus

Le Canyon de Colca est un excellent point de départ pour des treks plus longs ainsi que des ascensions : la vallée est en effet cernée par certains des plus hauts et plus majestueux sommets péruviens. On peut par exemple rejoindre la vallée des volcans à pied, en 5 jours environ. Il est également possible de vous rendre à la laguna Mucurca en 2 jours de marche : située à plus de 4350 mètres d’altitude, la lagune est le refuge des flamands roses andins. De là, il est ensuite envisageable de gravir le mont Ampato, volcan culminant à plus de 6300 mètres. Cette montagne aux cimes enneigées est d’autant plus belle qu’elle est empreinte d’un mystère incomparable : c’est là que fut découverte en 1995 la momie Juanita ; la jeune fille inca endormie dans les glaces au sommet d’un pic des Andes.
 volca-misti
 .

Retour d’expérience

Jour 1

Réveil vers 3h du matin. C’est parti pour 3 heures de route, en direction de Chivay, première ville étape. Le soleil se lève progressivement sur la route. C’est un beau spectacle qui s’offre à nous : des montagnes vallonnées, desquelles s’échappent quelques timides rayons lumineux. Aux alentours de 6h, nous passons le poste d’entrée de la réserve ; lieu où nous devons nous acquitter de la somme de 70 soles (environ 20€) par personne, il s’agit du boleto touristico (système identique à Cusco). Les prix varient selon les statuts des visiteurs : 50 soles pour les locaux, 5 soles pour les étudiants locaux, 70 pour les étrangers…
.
Arrivé à Chivay, nous prenons un petit déjeuner dans une maisonette de village typique : toit de paille et mur en briques. Une fois le ventre empli, c’est en direction du Cruz del Condor (croix des condors) que nous nous dirigeons. 1h de route plus tard, nous voici arrivés à ce fameux mirador naturel. Il s’agit d’un endroit d’où il est possible d’admirer aux heures matinales les condors virevolter. Si au début nous avons cru à une absence de rapaces, nous avons été témoins par la suite d’un véritable balai aérien : près de 7 condors survolaient simultanément le canyon. Un spectacle édifiant, au sein d’un paysage tout simplement époustouflant ! Un moment grandiose que nous prenons le temps d’observer et d’apprécier.
 condor-canyon-de-colca

Le business des condors 

Le canyon recense 18 villages. Les habitants ont rapidement compris l’intérêt représenté par les rapaces des environs. Pour eux, les condors représentent une source de revenus supplémentaires : proposant une photo avec le condor sur le bras, moyennant quelques tips. Chaque village détient ainsi entre 3 et 5 condors, capturés à des fins touristiques et de business. Si donner des pourboires est une bonne chose pour venir en aide aux locaux, il est du devoir de chacun de choisir ou non de financer de telles pratiques. Voyager responsable c’est aussi ça… Observer des animaux sauvages dans leur environnement naturel (et en liberté) confère un tel sentiment enivrant qu’il serait dommage de ne pas en profiter.
 .
Comme un peu partout au Pérou, plusieurs vendeurs ambulants proposent souvenirs et rafraîchissements à cet emplacement stratégique (prévoyez vos propres bouteilles d’eau et barres céréalières si vous ne voulez pas payer 4x le prix normal). Après un arrêt de 45min environ, nous voici en route pour San Miguel, à 3300mètres d’altitude, lieu de départ pour le fameux trek du canyon. 9h45, nous démarrons le trek. Notre guide local nous donne les premières recommandations pour ce circuit de plusieurs dizaines de km qui se déroulera sur 2 jours.
.
Le premier jour correspond à la décente du canyon, avec plus de 80% du chemin en descente pure pour 20% de passages vallonnés. Notre guide insiste bien sur le fait que ce 1er jour correspond à « l’entrée en la matière », et qu’il s’agit davantage d’un l’entraînement pour le lendemain… le second jour semble être des plus physiques ! Pour la première partie, c’est 8km qui nous attendent avant d’atteindre le premier village (San Juan). 8km qui s’étendent sur une descente en dénivelé de 1200mètres de profondeur. Les paysages sont splendides : montagnes et cours d’eau nous entourent. Quelques passages glissants et rocheux nous obligent à faire attention au moindre pas mais nous arrivons tous sans encombre à notre lieu de rendez-vous.
.
colca-canyon
 .
canyon-de-colca-le-plus-profond-au-monde
 .
canyon-de-colca-perou
 .
canyon-de-colca-panoramique
Cliquer sur la photo pour la voir en plus grande
.
Après 3h de marche sous un soleil de plomb, nous voici au village de San Juan. Il s’agit d’une petite bourgade de quelques dizaines d’habitants, avec maisons sur pilotis faisant face à la montagne. Au menu : alpaga et bouillon de légumes (un délice), à base des produits cultivés dans les environs : haricots blancs, carottes, patates et fèves. En effet, la première activité économique des habitants du canyon est l’agriculture. Ainsi plusieurs produits sont cultivés au sein même de la réserve : maïs, figues, pommes, avocat… La production n’est pas destinée à la revente (même si vous rencontrerez de nombreux locaux qui vous proposerons fruits sur le passage) ; mais est avant tout destinée à la consommation propre des villageois des environs. A ce propos, les habitants du canyon ne parlent que le quechua. Les personnes âgées ne comprennent pas l’espagnol. Petit lexique du débutant :
Alilenchio >>> Bonjour, comment allez-vous ?
 .
Après ce repas, nous repartons en direction de l’oasis de Sangalle. Il n’y a qu’un seul chemin. On le suit sur une dizaine d’autres km. Les paysages se suivent et ne se ressemblent pas. Des vallées arides suivies de quelques espaces de verdure où cactus et aloe vera se côtoient. On passera aussi plusieurs fleuves asséchés. Les montées sont ardues et le peu d’heures de sommeil se fait ressentir chez quasiment tout le monde. Les quelques passages plats sont une véritable délivrance pour la plupart d’entre nous. Les paysages restent néanmoins sublimes et nous permettent d’oublier la douleur et la fatigue. Nous arrivons un peu avant 16h au fameux oasis. Notre auberge dispose de plusieurs piscines d’eau naturelle. Le lieu est en construction ; pour ce soir, ce sera douche froide et bungalow à 7 soles… Les chambres n’ont pas de fenêtres, les murs sont encore en terre battue et l’électricité n’est pas accordée. Nous nous rabattons sur les bougies, pour une ambiance tamisée. Le soir, le repas est organisé par l’agence : nous avons droit une nouvelle fois à un bouillon de légumes délicieux. Les spaghettis à la napolitaine qui nous sont proposés sont accueillis avec joie : 6h de marche, ça creuse !! A 20h, tout le monde dort déjà. Demain matin, réveil à 4h pour remonter le canyon…

Jour 2

Le réveil est difficile. Les muscles courbaturés. L’estomac quasiment vide. Pas de petit déjeuner de prévu avant la montée, notre guide nous a prévenu. La vallée est encore plongée dans le noir le plus complet. La montée se fera à la lampe frontale durant près d’1h. Endormis, notre groupe de trekkeurs se suit à la file indienne. Certains sont plus dynamiques que d’autres ; d’autres sont en grande difficulté. La nuit n’a pas été des plus reposante pour tout le monde : fraîcheur dans le canyon, effort intense la veille… ce n’est pas évident d’embrayer en pleine nuit avec un dénivelé si important.

.

Après quelques difficultés, on remarque que l’on arrive à distinguer les parois rocheuses de façon plus claire. Le canyon commence progressivement à être baigné de quelques timides rais de lumière. Petit à petit, les premiers rayons transpercent les pics des montagnes et illuminent la vallée.
.
lever-de-soleil-sur-le-canyon-de-colca
.
Un spectacle édifiant, qui nous permet de trouver le courage de mettre un pied devant l’autre pour rejoindre le sommet, que nous rejoindrons finalement en 2h30 de marche à allure modérée. Certains arriveront à dos de mule, comme cela était prévisible. Arrivés au point de rendez-vous, c’est presque une délivrance que de pouvoir s’asseoir et observer ce canyon, qui nous a réservé quelques belles surprises et moments difficiles. Nous accueillons le petit déjeuner (omelette et pain confiture) avec beaucoup d’entrain !!
.
Sur le chemin du retour, notre guide nous propose un arrêt aux sources thermales de Chivay (15 soles). Arrivée à Arequipa à 17h30.

.

Résumé et conseils de dernière minute :

  • trek à réserver de préférence sur place en faisant jouer les agences et les concurrencer sur le prix
  • voir pour faire garder vos affaires par votre l’hôtel à Arequipa
  • prix : environ 110 soles par personne avec une agence + 70 soles (taxe d’entrée du canyon)

Prévoir un sac léger, qui contiendra :

  • des bouteilles d’eau
  • quelques gâteaux nourrissants et fruits pour compléter les repas frugaux
  • une lampe frontale pour la remontée
  • un sac de couchage si vous prévoyez de dormir chez l’habitant
  • des vêtements chauds pour la nuit dans le canyon
  • de la crème solaire, chapeau, et lunettes de soleil
  • serviettes et nécessaire de toilettes
  • une bonne paire de chaussures de marche

Bon trek :) !

alpaga-sauvages
Alpagas et vicuñas sauvages sur le chemin du retour pour rejoindre Arequipa…

Laisser un commentaire