Lever de soleil sur les Temples d’Angkor au Cambodge

Les temples d’Angkor formaient autrefois la capitale d’une des plus importantes civilisations du sud-est asiatique : l’empire Khmer. Les temples sont aujourd’hui une merveille archéologique, attirant chaque année des millions de touristes à travers le monde. C’est l’un des sites les plus visités de toute l’asie. Et pour cause : ses différents temples, disséminés dans la jungle cambodgienne, sont d’une beauté à couper le souffle. La nature y reprend progressivement ses droits, conférant ainsi au site des temples d’Angkor une atmosphère presque intouchable. Un lieu chargé d’histoire.

Les temples d’Angkor étaient l’une des raisons principales de notre séjour au Cambodge. Il y a des lieux comme ça, qui justifient à eux-seuls un voyage. C’est le cas pour moi du Machu Picchu au Pérou, du Salar d’Uyuni en Bolivie ou de la Grande Muraille de Chine par exemple. Des lieux dont l’aura nous donne une envie irrésistible de s’y rendre, de toucher du doigt un doux rêve d’une civilisation lointaine.

 

SE RENDRE AUX TEMPLES D’ANGKOR : SIEM REAP, LA PORTE D’ENTRÉE

Après environ quatre heures de vol au depart de notre bien-aimée Chengdu, nous voilà à Siem Reap. Quarante-cinq minutes et $30 USD plus tard, nous admirons notre passeport. Il est maintenant affublé d’un nouveau tampon et d’un visa flambant neuf. Il commence tout doucement à avoir de l’allure :)

Pour obtenir le visa cambodgien, il suffit de remplir deux formulaires :

  • un formulaire concernant les antécédents de santé
  • et un autre de renseignements personnels (pensez à prendre une photo d’identité et des dollars)

 

Pour les trois jours qui vont suivre, nous larguons nos sacs à dos (10kg tout de même) à l’hôtel Villa Um Theara. À notre arrivée à l’aéroport de Siem Reap, nous avons l’agréable surprise d’être attendus par un chauffeur de tuktuk, travaillant pour l’hôtel.

Il nous invite à embarquer dans son bolide atypique : une sorte de carriole moto-tractée avançant aux alentours de 40km/h, vitesse de croisière. Il s’agit du moyen de locomotion local. En route, les bas-côtés nous ravivent des souvenirs d’Indonésie : tranches de vie de locaux vendant fruits et légumes dans des abris de fortunes, va-et-vient d’engins motorisés, odeurs de barbecues grillant toutes sortes de viandes sur les bords de route… Notre chauffeur de tuktuk bien sympathique nous amènera à bon port sans encombres malgré une circulation digne d’un pays asiatique en voie de développement.

À peine arrivés, la réception de l’hôtel nous propose divers services comprenant un service de chauffeur. Nous décidons de choisir la visite matinale des temples d’Angkor. Il nous faudra partir un peu avant les 5h du matin pour pouvoir admirer le lever du soleil sur les temples d’Angkor. Vous aurez le choix entre le « grand tour » et le « petit tour ». Nous avons opté pour le petit, sur les conseils de notre gérante d’hôtel, afin de pouvoir pleinement profiter sur place des principaux temples et de ne pas avoir à courir entre chaque.

.

 

POUR COMMENCER, LES TEMPLES D’ANGKOR, C’EST QUOI ?

Angkor, c’est un site archéologique gigantesque où de nombreux temples – ou du moins ce qu’il en reste pour certaines parties du site – sont ouverts aux visiteurs. Il s’agit de l’attraction phare du Cambodge. Ces ruines sont l’héritage de l’Empire Khmer du neuvième et quinzième siècle.

À son apogée, la cité abritait plus d’un million d’habitants. Au fil des années, les différents rois, monarques et empereurs Khmers faisaient construire tour à tour dans la Cité d’Angkor, au beau milieu de la jungle, leurs temples.

Miné par les soldats rouges de l’époque communiste dans la fin de la deuxième moitié des années 70, la majorité des sites n’ont pas été accessibles pendant de nombreuses années. Le problème des mines au Cambodge est un fléau, vous croiserez de nombreux mutilés au cours de votre périple cambodgien, témoignage vivant et poignant de la violence de ces vestiges de guerre…

Aujourd’hui classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, le site de Angkor est de nouveau accessible et sans danger pour les touristes. Il n’en reste pas moins qu’il reste encore aujourd’hui environ 10 à 12 millions de mines antipersonnel selon les estimations, ce qui fait du Cambodge le pays le plus miné au monde.

 

 

VISITER LES TEMPLES D’ANGKOR

Nous nous réveillons donc à une heure bien matinale afin d’acheter les billets d’entrée du site. $20 USD (tout se paie en dollars au Cambodge) pour un pass-journée, sans tarif réduit possible pour étudiants, personnes à mobilité réduite ou personnes âgées. Le prix est le même pour tous, venus admirer ces merveilles historiques. Il existe aussi des billets pour 3 jours valables pendant une semaine ou 7 jours et utilisables pendant un mois (à conseiller uniquement si vous êtes prof, archéologue, ou féru de l’héritage Khmer).

Nous nous faisons tirer le portrait avec nos visages encore endormis et payons la somme pour accéder au site ; le billet donne l’accès à la quasi totalité des temples accessibles au public.

 

LEVER DE SOLEIL SUR ANGKOR WAT

Pensez à prendre de quoi vous couvrir, Cambodge ou pas, à cette heure matinale, il fait froid. Mais si vous oubliez d’emporter votre doudoune anti-froid-polaire, vous trouverez de quoi vous réchauffer l’âme, sur place, avec un café ou une couverture – décorées de motifs plus ou moins recherchés –… une pléthore de vendeurs à la sauvette n’hésiteront pas a vous le faire savoir.

Arrivés vers 5h00, nous nous installons après le pont menant à l’entrée principale de Angkor Vat. Nous prenons place sur le bassin donnant une vue directe sur ce qu’on pouvait imaginer dans la pénombre être un temple majestueux. Une centaine de personnes viendra nous rejoindre pour partager ce moment intimiste.

Une trentaine de minutes plus tard, le soleil se lève progressivement et les formes de Angkor Vat commencent à apparaître. Le froid pique, mais quel émerveillement de voir ses ruines se dévoiler sous nos yeux. Moment magique. Suspendu dans le temps, dont je me souviendrai longtemps encore.

Angkor Wat

Nous découvrirons par la suite qu’il s’agit du temple Angkor Wat, que l’on peut voir sur le drapeau Cambodgien.

 

DÉCOUVERTE DES AUTRES TEMPLES

La foule reste assez peu présente à ces heures-ci. Profitez du calme environnant pour apprécier et prendre le temps de vous poser sur les temples pour vous réchauffer. Le soleil est encore bien amical à cette heure matinale.

 

 

SECOND TEMPLE : ANGKOR THOM

Nous prenons la direction du second site, Angkor Thom. Le trajet entre Angkor Wat et Thom est assuré par notre tuktuk, ce qui permet de rapidement relier les deux endroits, un peu éloignés l’un de l’autre. Nous passons par un pont débouchant sur la Porte Sud. Escortés par un alignement de statues en pierres qui semblent être là pour surveiller l’endroit, nous entrons dans l’ancienne enceinte de la cité royale.

.

Les statues ont pour la plupart été victimes du pillage. Il en va de même pour les multiples autres représentations de buddhas ou statues dans les temples d’Angkor.

Angkor Thom se présente sous une forme rectangulaire. Nous prenons plaisir à nous perdre dans les dédales de l’ancienne ville. Nous croisons en chemin des groupes de chinois. On aurait presque envie de leur dire « Wo men yao chi fan yi ge gonbao ji ding« . Ce qui signifie : « nous voulons manger un poulet aux cacahuètes », mais on se retient. À la place, on les prend en photo, c’est marrant aussi.

Bien que les trajets soient assurés par notre chauffeur de tuktuk, nous avons une certaine autonomie. Nous déambulons à notre guise entre les différents temples disséminés à quelques kilomètres à pieds les uns des autres.

 

À TA PROHM, LA NATURE REPREND SES DROITS

Le dernier temple notable est celui de Ta Prohm. Ce dernier est notamment connu pour son utilisation dans le film Tom Raider. Mais bien plus important que cela… il est un des seuls temples à avoir été laissé dans un état proche comme lors de sa redécouverte.

En effet en s’y promenant, on sent rapidement que la nature y a reprit ses droits. Arbres fromagers qui s’étalent sur les ruines laissent un spectacle de « négligence apparente ». Pourtant un énorme travail de réhabilitation et de conservation à été nécessaire pour permettre l’accès touristique à cet endroit. Lors de notre passage, le site était d’ailleurs en rénovation à quelques endroits.

One Reply to “Lever de soleil sur les Temples d’Angkor au Cambodge”

  1. Ce site est magique, il mérite bien sa notoriété. C’est avant tout un témoignage historique de la splendeur d’antan du royaume cambodgien. Je n’ai pas pu le visiter quand je suis allée au Cambodge, vous me donnez ainsi l’occasion de le parcourir avec vous alors je vous dis : Merci !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.