Itinéraire de deux semaines en Birmanie

La Birmanie, ce petit pays niché entre Bhoutan, Népal et Thailande. La libération de la chef de file de l’opposition, Aung San Suu Kyi a fait venir avec elle l’ouverture du pays aux mille pagodes dorées. S’en est suivi un nouvel élan touristique, qui a attiré tous les amoureux d’Asie en quête de nouveaux paysages et d’expériences authentiques. La Birmanie peut encore fièrement annoncer qu’elle garde de cette magie, presque mystique, de l’aura des pays bouddhistes, encore préservée du tourisme de masse.

Mise à jour de l’article en juillet 2019

 

La Birmanie fascine. Si elle était une couleur, ce serait l’or. Son pays et ses monuments en sont recouvers : ses centaines de pagodes dans le centre du pays avec la plaine de Bagan, son temple du côté de Yangoon ou encore son Golden Rock sur le Mont Kyaiktiyo, dans le sud. Elle n’a, en ce sens, pas volé son surnom de « pays doré ». Son riche patrimoine culturel et ses pagodes somptueuses en sont les symboles. Il s’agit aussi du plus grand pays d’Asie du sud/est. Le pays s’étend en effet sur environ 2000km du nord au sud, et sur près de 1000 d’est en ouest. Il offre ainsi des paysages surprenants, très différent de tout ce que vous pourrez voir en Asie.

 

ARRIVÉE EN BIRMANIE, PREMIÈRES IMPRESSIONS

En provenance directe de Bangkok, nous voila débarqués à l’aéroport international de Mandalay, troisième plus grosse ville du pays après Yangoon (ou Rangoun), ancienne capitale administrative et Napapito, ville récemment reclassée au rang de nouvelle capitale du pays. Mandalay représente environ 15% de l’économie birmane et est un carrefour touristique quasi obligatoire lors d’un séjour en Birmanie.

Bon à savoir : La compagnie aérienne Air Asia a mis en place un système de navette aéroport : sur simple présentation de votre billet d’embarquement, un bus vous attend à la sortie de l’aéroport pour vous déposer au centre-ville de Mandalay.

.
Après avoir quitté les plages de sable blanc du sud de la Thailande, le contraste fut fort et assez déstabilisant à notre arrivée à Mandalay. Au milieu de la poussière et de la population, nous sentions ces regards persistants et interrogateurs, presque inquisitoires, comme si notre présence ici n’était pas des plus appréciées. C’était du moins le sentiment global ressenti au cours des deux premiers jours. Ajoutez à cela un hôtel très médiocre, avec une fenêtre à barreaux donnant sur la route et offrant tout le loisir d’entendre les allers et venus incessants des deux roues et voitures dans une des artères animées de la ville. Le tout pour 30€ la nuit, cher payé pour une destination d’Asie du sud/est.
.
On remarquera cependant bien vite que les comparaisons avec les autres pays d’Asie du sud/est sont inutiles et loin d’être établies : la Birmanie n’en est en effet ni au même stade de développement et n’attire pas le même type de tourisme de masse que ses voisins. Il ne faut pas oublier que le Myanmar figure parmi les pays les plus pauvres d’Asie et qu’il s’emploie à agir dans un effort de transition économique.
.
Certains compareraient la Birmanie à une sorte de « little India » –  petite sœur de l’Inde – en raison de son bourdonnement incessant, de l’aspect à première vue négligé des villes et de la pauvreté encore nettement visible dans ses rues. La rareté de l’accès à l’éléctricité, la lenteur du réseau internet, mais aussi l’état des trottoirs et des routes, sont des preuves réelles et tangibles du retard de la Birmanie en matière de développement économique vis-à-vis de ses voisins.
.

QUELQUES FAITS MARQUANTS

  • 70% de la population (40 millions de personnes) n’est à ce jour pas raccordés au réseau électrique
  • … pendant que 32% des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition.
  • au niveau du climat des affaires, le pays est classé 182ème sur 189 économies dans le monde.

Sources : banquemondiale.org

.

ATMOSPHÈRE & CLIMAT POLITIQUE

Sur le chemin aéroport – centre ville, on constate une ambiance religieuse qui semble émaner de cette partie du pays : des pagodes sont présentes un peu partout. On remarque également la présence de moines dans les rues et sur le côté de la route. C’est une atmosphère assez différente des autres pays que nous avons eu l’occasion de visiter : le pays semble bien moins en avance ; la faute au régime en place qui a mis le pays dans une situation quasi d’autarcie et qui ne l’a ouvert que très récemment au tourisme et au monde. Ce n’est que depuis 2011 que la Birmanie est le théâtre d’une vague de réformes économiques et politiques profondes.

Au niveau de la population, elle semble être très cosmopolite. Des visages hindous, pakistanais… un beau mélange de cultures. Les jeunes filles (et jeunes garçons) ont cette particularité qu’ils se recouvrent les joues et plus rarement le front et le menton, d’une pâte jaunâtre. Il s’agit d’écorce broyée provenant des « arbres à thanaka« . Le thanaka se présente sous la forme d’une poudre ou de crème, que l’on applique directement sur le visage en motifs simples : le plus souvent des disques sur chaque joue. Il a une fonction cosmétique : préventif contre l’acné, mais sert aussi de protection contre le soleil et de parfum.

Autre constat : plein de tâches rouge au sol. À première vue, on se demandait ce qui pouvait pousser les birmans à se battre aussi fréquemment… Mais on a vite compris que la raison de ces traces rougeâtres n’est autre que la bétel, ce mélange de plante qui est chiqué par les habitants du pays. Les birmans sont d’ailleurs en proie à une addiction phénoménale, comme le souligne cet article.

 

 

NOTRE ITINÉRAIRE DE 10 JOURS EN BIRMANIE

Lors notre séjour en 2015, nous avions choisi de suivre un chemin « touristique », en raison des violences anti-musulmanes qui sévissaient alors dans tout le pays. Le site de France-Diplomatie (site du Ministère et du gouvernement français) mettait alors en garde les ressortissants français. Il ne faut pas hésiter à consulter ce site lors de la préparation d’un séjour en Birmanie, pour éviter les zones et régions à risques. Des mises à jour sont faites en temps réel.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir et l’obtenir en meilleure qualité

 

JOUR 1 : MANDALAY

Nous avons décidés de partir directement de Mandalay le premier jour, impatients de découvrir la région de Bagan… Nous avons donc pris un bus qui aura mis plusieurs heures pour réaliser les 180km qui séparent Mandalay de Bagan. Les infos pour rejoindre Bagan au départ de Mandalay sont par ici.

 

JOURS 2 à 5 : RÉGION DE BAGAN 

Nous voici donc à Bagan, la fameuse région aux 1001 pagodes. Bagan, c’est l’endroit à ne pas rater au cours d’un voyage en Birmanie. Ne pas visiter les temples de Bagan serait vraiment une erreur… Bagan était auparavant orthographiée Pagan. Elle se se situe plus ou moins au centre de la Birmanie, dans la région de Mandalay et se trouve sur la rive gauche de l’Irrawaddy. La région de Bagan est considérée comme le trésor de la Birmanie et l’un des plus beaux sites historiques d’Asie du/sud est. En effet, la plaine de Bagan recense plus de 2800 temples ou pagodes hindous ou bouddhistes. C’est au moment du lever du soleil que le site dévoile ses plus beaux atouts, un moment magique. Bagan et ses temples sont certainement l’atout majeur du Myanmar. D’ailleurs, en juillet 2019, elle a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

JOURS 6 à 8 : LAC INLE

Le lac Inle est un lac de faible profondeur qui se trouve à l’ouest du pays Shan (une province importante de l’est de la Birmanie). Entouré de montagne, le lac offre un panorama exceptionnel sur les environs. Il est aussi très étendu.

Sa principale caractéristique est qu’il voit le peuple Intha habiter sur des villages flottants. Ses habitants vivent de la culture (qu’ils réalisent sur des jardins flottants, sortes de radeaux de végétation sur lesquels poussent différents légumes en plein milieu du lac). Ils vivent également de la pêche, mais le font d’une manière très particulière… Ici, on prend plaisir à observer ses habitants pêcher de façon traditionnelle, avec de grandes cages qu’ils plongent dans l’eau et qu’ils remontent à l’aide de leurs pieds. Le Lac Inle est un incontournable de la Birmanie et se visite à l’aide de petites embarcations. Ces sortes de pirogues permettent de se déplacer partout sur le lac et d’accéder à certains canaux adjacents. Le récit de notre séjour au Lac Inle est par là.

 

JOURS 9 à 10 : MANDALAY

Nous avons passé les deux derniers jours restants à visiter Mandalay.

 

 

Avant de partir, pensez à jeter un coup d’oeil au 10 choses à connaître sur la Birmanie !

2 Replies to “Itinéraire de deux semaines en Birmanie”

  1. Bonjour Elise,

    Nous sommes un couple de 28 ans et nous hésitons à choisir pour un départ mi février la Birmanie, deux semaines et demi sur place (concernant l’Asie nous sommes allés au Sri Lanka 3 semaines « seulement »)
    Je n’ai pas ressenti d’émerveillement sur tes articles sur la Birmanie, aurais-tu un autre pays à nous conseiller ou faut-il conserver cette idée tout de même ?
    Merci d’avance

    Romain

    1. Hello Romain,

      Merci pour ton commentaire :)
      Tu n’as pas tord dans ce que tu dis : c’est vrai qu’au moment de la rédaction des articles sur la Birmanie, l’émerveillement n’était pas tout-à-fait là. En fait, pour tout te dire, la Birmanie était la destination que je rejoignais juste après avoir passé 2 semaines formidables en Thaïlande (pays que j’appréhendais d’ailleurs du fait de son tourisme de masse)… alors forcément, en passant d’un pays où le tourisme est sur-développé depuis plusieurs dizaines d’années, où les plages paradisiaques sont monnaie courante et où être touriste signifie « être comme tout le monde », j’avais au début eu un peu de mal à m’acclimater à l’ambiance birmane… Le pays ne connaissait l’ouverture au monde que depuis peu de temps, les regards me paraissaient insistants par moment, et forcément, tout cela rendait l’atmosphère pesante. Le contraste des deux a rendue l’expérience d’immersion en Birmanie différente que si nous avions directement atterri là-bas. Je pense que je réalisais (inconsciemment peut-être) des comparaisons directes avec les autres pays visités, mais du coup, totalement faussées.

      Mais tu veux que je te dise ?
      Avec le recul, quand on me demande quels sont mes meilleurs souvenirs, quels ont été mes plus beaux moments lors de ces 8 semaines en Asie, Bagan arrive directement dans mon top 5. Le Lac Inle est quand à lui, tout bonnement d’une beauté incroyable. Alors oui, le tout me semblait de prime à bord un peu sur-joué, mais après tout, je ne vois pas qui je serais pour juger une population sous contrôle d’une junte militaire… Les sourires gênés de certains locaux me reviennent alors en mémoire et je pense sincèrement que c’est un pays qui vaut la peine d’être visité et qui mérite qu’on y arrive sans avoir d’attente particulière.

      Les paysages ne sont, certes, pas similaires à ceux des cartes postales que l’on pourrait observer dans les pays limitrophes. Les prix des hébergements y sont plus élevés que dans le reste de l’Asie. La nourriture n’est de loin pas la meilleure qu’il m’ait été donné de goûter, mais je ne pense pas me tromper si je te dis que ce n’est pas un hasard si vous avez commencé votre découverte de l’Asie avec le Sri Lanka :) que cherchez-vous dans vos voyages ? A priori, je pense que la Birmanie pourrait vous plaire si vous êtes en soif de découverte de culture, de voyages un peu « différents » de ceux que réalisent la plupart des voyageurs. La Birmanie est surnommée « Little India » ; un pays surprenant, donc.

      Tiens moi au courant, et n’hésites pas si tu as d’autres questions, ce sera avec plaisir que j’essayerai de t’y répondre !
      Bons préparatifs en tout cas et au plaisir de te relire :)

      Elise

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.