Nord de la Thaïlande : voyager responsable entre tigres et éléphants

Un article qui a pour volonté de montrer l’autre face de la Thailande… Un côté moins angélique que ce que nous souhaitons bien voir. Le Nord de la Thailande est – à tord – quelques fois oublié des voyageurs qui préfèrent se précipiter vers le sud du pays, reconnu pour ses paysages paradisiaques d’étendue de sable blanc. Néanmoins, la Thailande du Nord offre des paysages tout aussi idylliques et permet de surcroît de s’imprégner plus véritablement de la culture Thai.

 

Qu’il s’agisse de Chiang Mai ou de sa petite sœur Chiang Rai, insérer ces étapes dans votre voyage vous permettra de partir à la découverte des temples anciens ou de la vie locale actuelle ; cela constitue alors indéniablement une étape enrichissante lors de la visite de ce pays. A noter que Chiang Rai tend à rester plus authentique que Chiang Mai, qui, bien que plébiscitée par tous les guides, s’est orientée vers un tourisme imitant celui du sud : bars et discothèques où se côtoient lady boy et fêtards, boutiques de souvenirs et tuktuk avides des portes-monnaies européens. Chiang Rai accueille aussi le très fameux et magnifique temple blanc.

 

Nous nous étions renseignés pour ces deux destinations lors de la préparation du séjour. Faute de places disponibles dans les trains, nous n’avons pas pu nous y rendre. A noter qu’une liaison par avion est également possible : des lignes aériennes relient Bangkok à Chiang Mai quotidiennement, mais les prix sont évidemment plus élevés. Le train reste un moyen économique et intéressant pour se déplacer dans le nord, et l’expérience du train de nuit (testée du sud au nord) restera indéniablement l’un de nos moments les plus forts du séjour.

 

 

Réserver ses billets de train : quelques conseils

Un conseil : prendre ses billets à l’avance ! Que cela soit par le biais d’un intermédiaire sur place (demandez à votre hôtel ou votre guesthouse), soit en y étant quelques jours en avance (comptez environ 3 jours pour être certains d’avoir de la place en période touristique).

 

Si vous faites le voyage de nuit, vous aurez le choix entre des trains couchettes ou des sièges simples. Les couchettes sont à privilégier, dans la mesure où cela vous permettra de passer une nuit « complète » et somme toute confortable. La 1ère classe n’est vraiment pas indispensable car la 2nde est déjà relativement agréable. Si vous avez le choix, privilégiez la couchette du bas (davantage de place, pas de lumière en plein visage ni de ventilateur/clim au dessus de la tête) et un compartiment avec air conditionné.

 

Plusieurs départs ont lieu chaque jour. Pensez à vous renseigner à l’avance. Le site seat61 (en anglais) est un très bon guide (et pas uniquement pour la Thailande) : il donne des conseils d’ordres généraux mais aussi les horaires de trains et les prix approximatifs. Un départ aux alentours de 19-20h vous permettra d’arriver tôt le matin et surtout, de profiter de paysages et de scènes superbes issus de la campagne thaïlandaise.

 

 

Que faire dans le nord ?

Nous voulions nous rendre dans la province de Chiang Mai afin de découvrir l’arrière pays : ses temples, sa culture, sa nourriture. En faisant quelques recherches, nous avons remarqué qu’il était possible de réaliser des treks à dos d’éléphants et de partager des moments avec des tigres : la Thailande est un des seuls endroits au monde où il est possible de faire des photos allongé aux côtés d’un tigre dont le poids, une fois adulte, est d’environ 400kg.

Baby tiger
Crédit photo Mike Robinson

 

Pourquoi nous avons décidé de NE PAS aller à la rencontre des éléphants et tigres de Thailande

De nombreux reportages avaient attiré mon attention sur les conditions de détention de ces animaux, et aussi sur la manière dont ces espèces initialement sauvages sont apprivoisées par les différents centres affichant fièrement leurs « treks dans la jungle » à dos de pachydermes ou « photos en cages » avec les tigres.

 

Une note est revenue de façon systématique : la maltraitance. Après de multiples recherches, il s’est avéré que la plupart de ces centres qui vantaient leurs mérites d’expériences inoubliables sont en fait des tyrans qui maltraitent leurs animaux, que ce soit par l’absorption de drogues ou la violence directe. Les signes de maltraitance sont nombreux, notamment chez les éléphants : balancements d’avant en arrière, recul à l’approche d’un cornac (le dresseur) etc…

 

Elephant trek thailande
Une expérience qui semble tout simplement incroyable à première vue… Un trek sur le dos d’un animal aussi impressionnant et majestueux, au beau milieu d’une jungle luxuriante. Des photos sympas à publier sur Facebook ?

En deux mots : les treks à dos d’éléphants sont une atrocité pour ces animaux qui n’ont pas la morphologie pour porter des humains, confortablement assis sur des carrioles. De même, des tigres dont l’instinct primitif est de chasser, restent des animaux sauvages dont le comportement ne peut être prémédité. Dormant la majorité de leur temps, il ne faut néanmoins pas confondre paresse naturelle et endormissements sous drogues administrées.

 

Maltaitrance tigre thailande
Une photo qui parle d’elle même, n’est-ce pas ?

drugged-tigers-at-tiger-temple

Être touristes, oui, mais je considère que c’est à nous de choisir si l’on souhaite voyager responsable ou si au contraire nous décidons d’être acteurs (et finalement actionnaires !) d’un tourisme destructeur. Si l’offre existe, c’est avant tout parce que la demande est belle et bien là. Heureusement, des alternatives existent pour vivre des moments inoubliables sans aller au détriment de la culture locale. A vous de choisir de ne pas financer les compagnies/agences/camps dont le seul but est l’amas d’argent et renseignez-vous afin que votre voyage ne laisse pas d’empruntes après votre passage. Je vous incite à lire cet article hyper intéressant, qui m’a aidé dans cette réflexion.

 

Et si on veut quand même y aller, des organismes sérieux…

Après de multiples recherches, j’ai finalement trouvé deux organismes qui s’occupent avec soin de ces animaux « symboles » de la Thaïlande. J’ai contacté chacun des deux organismes par mail et ai obtenu une réponse de la part des responsables des centres, qui m’ont expliqué précisément les conditions dans lesquelles étaient élevés les animaux.

  • Elephant park, un camp de sauvetage pour des éléphants maltraités (dressés pour distraire les touristes), vieux ou malades qui propose aux visiteurs de passer différents types de journées aux côtés des pachydermes : les nourrir, les laver… les côtoyer au plus près et pas les monter sur une cariole. Comptez environ 50€ la journée par personne.
  • Tiger Kingdom – à ne pas confondre avec le Tiger Temple, qui est le temple des tigres de Kanchanaburi, tenu par des moines bouddhistes et qui est en ligne de mire de plusieurs associations internationales de défense des animaux pour drogues et maltraitantes animales (un exemple qui l’explique ici en anglais ou ici dans un autre article en français) ! Le Tiger Kingdom à l’inverse, s’attache à prendre soin de ne pas étouffer les tigres avec des visites de plus de 15min en cage et propose différents packages en fonction des tigres que vous souhaitez approcher : les nouveaux-nés (3-4 mois), les bébés (6-9 mois), les jeunes et enfin les adultes. A savoir que les enfants de moins de 15 ans n’ont pas la possibilité d’entrer dans les enclos des tigres pour des raisons de sécurité apparentes. Les prix varient entre 420 bahts par personne (11€) et 1 900 (50€), suivant le package que vous choisissez.

Elephant baby park

Elephant park

Credit photo @Elephant Park

Et nous avons finalement trouvé chaussure à notre pied lors de notre séjour sur la petîte île de Koh Chang ! Notre rencontre avec les éléphants dans cet article. Et n’oubliez pas que c’est à vous de choisir la façon dont vous souhaitez voyager…

ecogreen-logo-collectif-voyage

Riz-cantonais.net®, voyageurs blogueurs éco-responsables, soutient le collectif Ecogreen !

One Reply to “Nord de la Thaïlande : voyager responsable entre tigres et éléphants”

  1. Précieux conseils et très bel article. A méditer… Bravo !

Laisser un commentaire