Conseils voyage Pérou et Bolivie : ce qu’il faut savoir

Pérou, pays haut en couleurs et en Histoire, présente des paysages contrastés où sommets vertigineux de la Cordillère des Andes côtoient les canyons parmi les plus profonds du monde. La Bolivie regorge quant à elle de paysages splendides, avec notamment les paysages époustouflants du sud de Lipez et du Salar d’Uyuni. Entre les hauts plateaux de l’Altiplano et les vastes zones tropicales de l’Amazonie (qui recouvre près de 30% du territoire bolivien), quelques conseils pour profiter au mieux de votre voyage dans ces deux pays incroyables !

.

1. Entrée dans les pays

Pour un séjour touristique inférieur ou égal à 3 mois, le passeport en cours de validité suffit ; le visa s’obtient à l’entrée sur le territoire. Les autorités boliviennes exigent néanmoins que le passeport présenté soit encore valable 6 mois à compter de la date d’entrée dans le pays. Si vous entrez par voie terrestre ou maritime, il est important de vous assurer qu’un tampon d’entrée est bien apposé sur votre passeport. Si ce n’est pas le cas et que vous êtes contrôlés, vous serez alors considérés en situation irrégulière et il ne vous sera plus possible de quitter le pays sans avoir fait régulariser votre situation au préalable.

.

2. Sécurité

Lors de toute préparation d’un voyage dans un pays étranger, je vous conseille de vous rendre sur le site diplomatie.gouv.fr ; le gouvernement français y donne en temps réel des conseils aux voyageurs.

En matière de sécurité, le continent Sud-Américain ne jouit pas d’une réputation très positive… De forts aprioris qui collent à la peau de ce continent pourtant merveilleux, et qui dessert les populations. Car s’il est vrai que le Vénézuela et sa situation politique, économique et sociale actuelle donne le ton, les autres pays voisins profitent d’un climat tout à fait propice aux touristes.

securite-amerique-latine

Comme le montre cette carte du site du gouvernement, les pays tels que le Brésil, le Pérou, la Bolivie, le Paraguay, l’Argentine, l’Uruguay ou encore le Chili ne nécessitent pas de conditions particulières ni de vigilance extrême. Il en va de même pour certains pays d’Amérique Centrale : Cuba, le Belize, le Costa Rica, le Nicaragua et la Jamaïque. Bien sûr, quelques autres territoires demandent de choisir avec plus de précautions les endroits où vous souhaitez vous rendre (le cas pour le Mexique, Honduras, et la Colombie). Rien d’alarmant, donc !

.

Pour les cas isolés de violence, il est important de savoir que ce sont majoritairement les locaux qui en sont les premières victimes… Pour le touriste, quelques précautions et un peu de bons sens suffisent le plus souvent à éviter les ennuis. A savoir que les grands centres urbains, qui concentrent un panachage de contrastes entre misères du monde et groupes de touristes, présentent les plus grands risques. Pour autant, rien ne sert d’être alarmiste et partir en ayant pris connaissance des dangers éventuels permet d’assurer un séjour plus tranquille et rassurant.

.

Quelques exemples de comportements à adopter :

  • Toujours garder à porter de mains ses affaires de valeurs et documents d’identité (utiliser des sacoches à mettre sous les habits)
  • Emporter une copie des documents importants et les placer à l’écart des documents originaux
  • Transports : en taxi, ne pas mettre ses affaires à la vue de tous, de préférence les garder à ses pieds. Pour les trajets en bus, garder ses affaires proches de soit et à porter de mains
  • Proscrire les signes extérieurs de richesses : bijoux, montres, sacs à mains, tout ça reste en France !
  • Eviter de circuler la nuit
  • Signaler ses déplacements dans les zones isolées : type Amazonie, ou contrées vraiment lointaines
  • Voyager compact, en emportant le strict nécessaire
  • Un conseil de plus : voyager éco-responsable ! Vous avez la chance de voyager, mais gardez en tête que d’autres personne après vous voudront se rendre sur ces lieux. Soyez donc proactifs et responsables dans vos déplacements, mais aussi dans votre façon de communiquer avec les locaux : les seules traces que vous devez laisser derrière vous doivent être vos traces de pas (pour en savoir plus sur comment voyager éco-responsable > Eco’Green)
Riz-cantonais.net®, voyageuse bloggeuse éco-responsable, soutient le collectif Ecogreen !
Riz-cantonais.net®, voyageuse bloggeuse éco-responsable, soutient le collectif Ecogreen !

.

Particularités pour le Pérou

  • Pour les voyages en bus : s’assurer des compagnies ; en général privilégiez les compagnies nationales connues. Il arrive que les bus soient attaqués par des pillards, toujours garder un oeil sur ses affaires.
  • Les trajets en taxis doivent se faire avec des compagnies régulières identifiées comme telles (à titre d’information, la compagnie de taxi Taxi Seguro est conseillée par l’Ambassade). Le phénomène des « faux taxis » s’est développé, notamment autour de Arequipa : choisir des compagnies de taxis connues des agences de voyage et hôtels, ne pas les choisir dans la rue.
  • Aux abords de Cusco, de faux guides touristiques proposent leurs services et peuvent attaquer leurs clients quand ils parviennent dans une zone isolée : garder donc à l’esprit de rester en groupe et dans des zones peuplées.

 

Particularités pour la Bolivie

  • Aux abords du Lac Titicaca, il convient d’être attentif à l’état des embarcations
  • Le Désert de sel d’Uyuni nécessite de se protéger du soleil le jour et du froid la nuit (températures pouvant descendre jusqu’à -20° durant la période de l’hiver austral)
  • Pour ceux qui envisagent de se rendre dans la Cordillère des Andes, il est impératif de faire appel à des guides locaux confirmés. De grandes variations thermiques peuvent être enregistrées, notamment entre La Paz (entre 15 et 22° le jour ; 0° ou moins la nuit). Il en va de même pour les expéditions en région Amazonienne.

 

3. Sanitaire

Les questions d’ordre sanitaire sont à poser directement lors de votre visite au Centre de vaccinations internationales le plus proche de chez vous. Je vous invite à jeter un coup d’oeil à cet article pour de plus amples informations sur les choses à faire avant un départ long (to-do list).

  • Si vous envisagez de vous rendre en région Amazonienne, la vaccination contre la fièvre jaune avant le départ est fortement recommandée ainsi que la prise d’un traitement anti-paludique.
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est nécessaire. Selon hygiène et durée du séjour, le centre de vaccinations internationales pourra également vous préconiser les vaccins contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B, ainsi que celle contre la rage (idem pour les pays d’Asie).
  • Paludisme, denguechikungunya et zika sévissent dans plusieurs pays d’Amérique Latine : toutes ces maladies sont transmises par les piqûres de moustiques et imposent le recours à des mesures de protection individuelle (vêtements longs, produits anti-moustiques peau et vêtements, moustiquaires…) – un traitement médicamenteux préventif peut également s’ajouter pour le paludisme en fonction des zones visitées et du risque encouru.
  • Risques liés au mal de l’altitude -ou soroche-, notamment dans les régions élevées comme Cusco ou La Paz (cette dernière étant située entre 3 300m et 3 800m). Les efforts physiques sont déconseillés les premiers jours et il faut beaucoup s’hydrater. Prévoir plusieurs jours sur place afin de laisser le corps s’adapter à l’altitude. Au besoin, et en cas de présence de maux de tête importants, de perte d’appétit voire de malaises, redescendre immédiat et le plus rapidement possible en étant toujours accompagné.

Au pire, il vous restera toujours les feuilles de coca en cas de soroche… !! Bon voyage

feuilles-de-coca-mal-de-laltitude

Laisser un commentaire