A la découverte de l’Amazonie péruvienne et de ses populations locales

Bienvenue en Amazonie, le poumon de la planète qui recouvre plus d’un tiers du territoire péruvien. Rien que le mot Amazonie fait rêver ! Vous vous imaginez tel Indiana Jones au milieu de cette végétation luxuriante qui abrite une faune et flore très riche. Engouffrez-vous dans la jungle à la découverte des trésors de la plus grande réserve de biodiversité de la planète. Partez à la rencontre des communautés locales pour vivre une expérience hors du commun. Vous ressortirez transformé de ce voyage…

 

Au départ d’Iquitos

Iquitos est un petit port, enfoui au cœur de la forêt vierge, entre les fleuves Amazone, Nanay et Itaya. La ville a été créée par les conquistadors qui pensaient trouver l’El Dorado. C’est une excellente base arrière pour sillonner la jungle et faire des excursions en bateau sur le fleuve Amazone. Cependant, Iquitos est accessible uniquement par bateau ou par avion. Avant de partir en exploration rendez-vous à la Casa de Fierro dessinée par l’entreprise de Gustave Eiffel, vous en apprendrez davantage sur la culture du caoutchouc qui a été une manne économique pour Iquitos. L’intérêt majeur de se rendre dans ce petit port c’est pour effectuer une croisière sur le fleuve Amazone, pouvoir se baigner avec les dauphins roses du lac Quistococha et par sa proximité avec la réserve Pacaya Samiria, l’une des plus importantes de la planète. Avis à tous les amoureux des animaux, l’île aux singes se situe à 40 km d’Iquitos, l’équivalent de 1h30 de bateau. Comme son nom l’indique vous rencontrez de nombreuses espèces de singes, perchés dans les bananiers et les arbres de fruits exotiques.

Les dauphins roses de la Réserve Naturelle de Pacaya Samiria // Tous droits réservés @TripAdvisor
Les dauphins roses de la Réserve Naturelle de Pacaya Samiria – tous droits réservés @TripAdvisor, Pacaya Samiria Natural Reserve

 

 

Réserve de Pacaya Samiria

Située dans la province de Loreto, cette réserve s’étend sur une superficie de plus de 2 080 000 hectares. C’est une jungle à perte de vue qui se déploie sous vos yeux, abritant une faune incroyable. Soyez attentifs à tous les bruits, toutes les odeurs, toutes les couleurs, vous ne verrez cela qu’une seule fois dans votre vie. On y recense plus de 1 000 races de vertébrés dont des félins (pumas, jaguars), des singes, 256 espèces de poissons et plus de 449 espèces d’oiseaux. On y compte également plus de 965 espèces de plantes sylvestres et 59 espèces de plantes cultivées. Accompagné d’un guide local vous aurez l’opportunité de découvrir les tribus indigènes qui peuplent la région ainsi que leurs rites et traditions. La réserve abrite plus de 100 000 indigènes des tribus Kiwcha, Shipibo, Shiwulu, Kacha Edzé et Cucama-Cucamilla. Peut-être que vous rencontrerez le Chaman, le sage de la tribu. Vous aurez peut-être l’opportunité de goûter à l’Ayahuasca, un mélange hallucinogène composé principalement de lianes. Vous pouvez également naviguer dans la zone d’El Dorado et faire du trekking, spéléologie ou de la photographie.

Village flottant dans les environs d'Iquitos // Tous droits réservés @Argentina Excepción
Village flottant dans les environs d’Iquitos – tous droits réservés @Argentina Excepción

.

Au départ de Puerto Maldonado

Cap vers le sud, en direction de la ville de Puerto Maldonado, située entre les fleuves Madre de Dios et Tambopata. Arpentez son centre historique et imprégnez-vous de cette ambiance exotique. La ville abrite une biodiversité impressionnante, avec sa végétation luxuriante. C’est le point de départ idéal pour des excursions dans la jungle, dignes d’un film des plus grands aventuriers. Vous pouvez également embarquer à bord d’une pirogue et voguer au rythme du fleuve jusqu’à la Réserve naturelle de Tambopata. Vous ne pouvez pas vous ennuyer à Puerto Maldonado, de nombreuses activités sont proposées comme l’observation de l’anaconda, la pêche aux piranhas ou nager avec les dauphins roses. Nous vous recommandons également, accompagné de votre guide, de partir à la rencontre des communautés locales et pourquoi pas séjourner dans leur village une ou plusieurs nuits pour vraiment intégrer leur culture.

La Réserve naturelle de Tambopata

Située dans le département amazonien de la Madre de Dios, non loin de Puerto Maldonado, la réserve s’étend sur plus de 1,5 millions d’hectares. Elle est classée zone protégée depuis sa création en 1990. On remarque des traces de présence humaine qui remontent à plus de 4 millions d’années. On suppose que les indiens actuels qui y vivent de manière autarcique en sont les descendants directs. Les tribus principales sont l’Ese’Eja et la Puquinieri.

La réserve abrite une faune et une flore très riche. Mais ce sont surtout les lacs qui jouent un rôle très important, ils abritent plus de 40 espèces d’oiseaux migrateurs, mammifères et ovipares endémiques. On décompte aussi dans la réserve plus de 100 espèces de reptiles, plus de 180 espèces de poissons. Vous aurez aussi l’opportunité de croiser des boas, des anacondas, des caïmans. Il y a également plus de 169 espèces de mammifères comme le puma, le tigre ou le léopard. Ces espèces sont menacées d’extinction à cause de la chasse, de l’exploitation minière et de la déforestation. Il vous sera possible de partir pour un safari animalier à la rencontre des oiseaux multicolores tous plus beaux les uns que les autres. Vous aurez également la chance de voir des guacamayos (de la famille des perroquets) de toutes les couleurs ; bleu et jaune ou rouge et vert. Vous rencontrez également des aras bleu turquoise et des aras verts au ventre rouge. Vous serez aussi aux premières loges du spectacle des singes, tapirs et capybaras, le plus gros rongeur du monde. Enfin, il vous sera possible de voguer sur une pirogue en bois, sur le Lac Sandoval ; en plein milieu des martins pêcheurs, des échassiers, des caïmans et des loutres géantes. La réserve est magnifique et vous offre des paysages totalement différents, entre marais et palmeraies aux îles de sable blanc des rivières.

Tous droits réservés @Argentina Excepción
Tous droits réservés @Argentina Excepción
Tous droits réservés @Argentina Excepción
Tous droits réservés @Argentina Excepción

.

Sortir des sentiers battus

Parc national de Manu

Le Parc national Manu est une des zones les plus protégées du Pérou et de la jungle amazonienne. Il est très difficile d’accès. Il s’étend sur plus de 1 716 000 hectares entre les départements de Madre de Dios et Cusco. Classé en 1977 par l’UNESCO « réserve de biosphère », le parc regroupe une faune et une flore hors du commun qui vous transporte dans un autre monde. Sur un seul hectare, le parc recense 250 espèces d’arbres. En vous rendant dans cet environnement incroyable, vous aurez la chance d’observer dans leur environnement naturel toute sortie de mammifères, reptiles, et insectes : des loutres, des caïmans, des jaguars, des ours à lunettes, des singes-araignées et plus de 1 000 espèces d’oiseaux comme l’aigle harpie, des toucans, des perroquets et même le jabiru d’Amérique. Le parc abriterait également la légendaire cité secrètePaititi, où les Incas auraient enfoui leurs trésors pour les préserver de la colonisation espagnole… Des aventuriers la recherchent toujours. Les ethnies vivent ici en autarcie totale. Certaines n’ont encore jamais eu aucun contact avec le monde civilisé. Il s’agit des ethnies Amahuacas, Yaminahuas et Machiguengas.

Tous droits réservés @Argentina Excepción

.

Focus sur les communautés amazoniennes

Riz-cantonais.net®, voyageurs blogueurs éco-responsables, soutient le collectif Ecogreen !
Riz-cantonais.net®, voyageurs blogueurs éco-responsables, soutient le collectif Ecogreen !

L’Amazonie regorge d’une multitude de tribus indiennes qui vivent en parfaite autarcie au contact de la nature. Elles perpétuent les traditions ancestrales et n’ont aucun contact avec le monde civilisé et sont isolées de tout axe de transport. On recense plus de 50 idiomes différents. Ces dialectes ne sont parlés uniquement que par quelques centaines ou même des dizaines de personnes. Cependant, ces populations sont menacées d’extinctions. Elles voient leur nombre diminuer et leurs traditions se perdre.

.

Ces communautés locales subissent de fortes pressions économiques au sujet des forêts où elles vivent par les entreprises d’extraction minière ou d’industrie du bois. Leur lieu de vie est en train de disparaître. Il est fondamental de faire preuve de tolérance et de respecter leur isolement.

.

En effet, ces populations locales n’ont pas les mêmes défenses immunitaires que les populations actuelles. Engager un contact avec les populations civilisées pourrait être fatal à ces ethnies locales,  en raison de ces différences immunitaires. C’est en 1993 que la Constitution péruvienne reconnaît la multi-culturalité et garantit le droit à l’identité culturelle pour les communautés rurales et autochtones.

.

Aller plus loin dans la protection

Ethnies des indiens Iauanauás // Tous droits réservés @Argentina Excepción
Ethnies des indiens Iauanauás – tous droits réservés @Argentina Excepción

La survie, le respect et la protection des communautés indigènes ET de leur environnement (qui est aussi le nôtre)

Des lois ont depuis été mises en place pour protéger les communautés indigènes et le patrimoine culturel traditionnel avec la création de l’INDEPA (institut national pour les peuples andins, amazoniens et afro-péruviens).

Par ailleurs un appel à l’Union a été lancé dès le début de la COP21 par les grands chefs des tribus amazoniennes traditionnelles pour lutter contre les changements climatiques en demandant à leurs « frères des continents » de s’allier à leur cause afin de faire entendre leurs voix sur les 5 continents. Nicolas Hulot y a répondu ainsi que Paul Watson, militant écologiste canadien. D’autres personnalités ont rejoint et soutiennent l’Alliance, comme l’acteur Pierre Richard et le chanteur Bernard Lavilliers. En attendant l’article que je publierai prochainement sur cette Alliance qui est un exemple d’initiative à rejoindre, je vous invite à lire cette brochure de présentation en cliquant ici ou en vous renseignant en cliquant sur l’image ci-dessous.

alliance-des-gardiens-de-mere-nature-appel-a-la-sauvegarde-de-lamazonie

« Nous respirons tous un seul air, nous buvons tous une seule eau, nous vivons tous sur une seule Terre. Nous devons tous la protéger. »
Cacique Raoni, peuple Kayapó, Brésil

 

Article écrit en collaboration avec l’agence d’Argentina Excepción, une agence de voyage installée à Buenos Aires depuis 10 ans. Spécialiste du séjour individuel et sur mesure, elle propose des circuits inédits en Argentine, au Chili, au Pérou et en Bolivie, avec ses agences locales de Santiago et Lima.

Laisser un commentaire